Mon animal a le cancer

Mon animal a le cancer

Une excroissance apparait, votre animal perd énormément de poids, son cou a doublé de volume (symptôme du lymphome), des plaies qui ne guérissent pas, … Bref vous avez remarqué quelque chose qui va vous pousser à consulter votre vétérinaire.

Votre vétérinaire, au vu de certains symptômes apparents, va procéder à une prise de sang. Et là, les résultats tombent, votre animal a le cancer. Cette nouvelle vous abasourdie, le diagnostic est grave. Que faire ?

Dans cet article je ne vais pas vous parler des traitements spécifiques qui pourrait être donné à votre animal, car nombreuses sont les médications, les possibilités sont larges et que c’est quasiment du cas par cas. Ici je vais aborder le sujet du quotidien auprès de son animal malade, car certaines habitudes par la force des choses vont changer.

Bien souvent votre vétérinaire « traitant », un peu dépassé par la situation, devra vous orienter vers d’autres cliniques spécialisées dans ce type pathologie.

Avant de rencontrer ces spécialistes, vous vous rendrez sur internet afin de glaner certaines infos pour savoir où vous allez, car c’est un nouveau monde qui s’ouvre devant vous. Plus tard vous témoignerez sur ces mêmes forums de votre expérience, si cela peut aussi aider un propriétaire dans le même cas que vous…

C’est l’heure du premier rendez-vous à la clinique de cancérologie.

Ce sera juste une consultation. Vous êtes anxieux, car les résultats de labo sont mauvais, de plus est inscrit noir sur blanc sur le rapport d’analyse que sa médiane de survie ne dépasse pas les quelques semaines sans traitements. Comment se résoudre à voir partir son animal en si peu de temps ?

Le vétérinaire va s’attacher à vous rassurer, car il existe des traitements pour soigner votre animal. Il va alors vous décrire le processus de soin qu’il souhaite mettre en place pour combattre cette saleté qui attaque votre petit protégé. Vous ne comprenez pas grand-chose car vous n’êtes pas assez préparé à tout ça, vous retenez certains mots clés, certains chiffres, vous regardez votre loulou faire paisiblement le tour du cabinet sans se soucier de rien et vous de votre côté vous essayez d’avoir qu’une seule réponse claire et précise, c’est si votre animal va guérir ?

Il y a de grandes chances l’on va vous répondre, les statiques parlent. On se contentera de cela pour le moment.

Mais là ou va se situer le premier frein au traitement c’est son coût… En effet, faire soigner votre animal pour un cancer coûte cher, et n’est certainement pas à la portée de toutes les bourses. Toutefois une bonne mutuelle pourra adoucir la note.

Vous acceptez de commencer le traitement.

Premier séjour à la clinique.

Vous avez dû prendre votre demi-journée pour accompagner votre petit compagnon. Vous allez immédiatement remarquer que de nombreux animaux sont aussi en salle d’attente, nos animaux sont-ils sujet à ce point-là au cancer ? Bah oui…

Vous avez prévu de prendre avec vous une petite couverture pour qu’il soit au mieux, ses croquettes et ses médicaments pour peu que ce cancer ait fait apparaitre d’autres petites pathologies comme par exemple de l’hyper-thyroïdie. On vous fait rentrer en consultation. On va vous expliquer ce qu’il va à présent se passer. C’est l’heure du traitement de choc, ça y est les mots sont lâchés. Traitement de choc ? Oui il va vous falloir accompagner votre animal tous les 15 jours, il est important de battre ce cancer !

Le vétérinaire va emmener votre animal pour sa prise de sang. Cette prise de sang va permettre d’affiner la dose de produit qui lui sera inoculée. Vous restez tout seul en attendant, vous ressassez, vous essayez de tout remettre en place, c’est encore nouveau pour vous. Au bout d’une dizaine de minutes, qui en parait une heure, le vétérinaire réapparait. C’est bon, on le garde. Vous viendrez le chercher demain.

Vous rentrez donc sans lui, il va passer la nuit là-bas. Vous ne savez pas bien ce qui va être fait sur lui, vous êtes inquiet, et impatient d’être à demain. Il faut savoir que c’est la loi qui vous impose de laisser votre animal 24 heures hospitalisé, car les produits inoculés sont radioactifs…

Le lendemain vous retrouvez donc votre animal, il vous fait une fête pas possible, ou il boude ça dépendra des jours, mais il est en pleine forme comme si de rien n’était. Vous rentrez à la maison après avoir réglé « la douloureuse », et la première chose qu’il fera c’est de vider la gamelle d’eau comme après une traversée du désert. Et puis il ira se coucher. C’est à ce moment-là que vous verrez que le traitement cogne votre animal fortement. Il ne se lèvera pas de la journée sauf pour vomir, voir entamer des épisodes diarrhéiques qui vous inquiète.

Vous allez devenir des experts

De votre côté, petit à petit, vous allez passer un cap, vous allez devenir un expert en « retour de clinique ». Car votre premier réflexe va être d’aller consulter votre vétérinaire traitant. Donc contre les vomissements ce sera ce médicament, contre les diarrhées ce sera celui-là. Mais il lui faut aussi celui-ci car votre animal ne se nourri pas. Bref vous allez mettre en place tout un protocole médicamenteux afin de combattre tous les effets secondaires que votre animal manifestera lors de ses retours de la clinique de cancérologie.

Les semaines s’enchainent et vous comprenez ce qu’il se passe. Vous savez dorénavant lire les résultats d’analyses. Vous allez aussi vous rendre compte que certaines molécules inoculées à votre animal ne lui donnent aucun effet secondaire, par contre d’autres sont tout simplement un calvaire pour lui. Vous établissez alors un planning, afin d’anticiper les mauvais jours…

Même si certaines molécules sont très mal acceptées, il est important de ne pas les sortir du protocole de soin, car c’est ce roulement qui combat le mieux la maladie. Mais cela se discutera avec votre vétérinaire cancéro, car voir votre animal au plus mal n’est jamais simple.

Votre loulou va aussi perdre du poids, et pas qu’un peu surtout dans le cas d’un gros chien. Vous allez alors acquérir une nouvelle compétence, celle de nutritionniste animalier. Fini les croquettes jetées dans la gamelle qui le comblaient depuis des années, aujourd’hui c’est protéines de ci, compléments pour ça, un menu à la carte pour endiguer sa perte de poids et ainsi de voir fondre votre animal comme neige au soleil.

Fini aussi les balades en forêt, puisque c’est fini pour la vaccination. En effet la vaccination sera alors plus un mal qu’un bienfait, car dans le cadre d’une chimiothérapie, les anticorps de votre animal disparaitront. Donc puces, tiques, ou autres petites bêtes que vous pouvez trouver en forêt peuvent aggraver sérieusement sa santé.

Jusqu’à 72 heures après son retour de la clinique, pas de réunion non plus avec les autres chiens du quartier, vu que c’est pendant cette période que votre animal est le plus fragile. Pour peu qu’un copain soit malade et c’est la catastrophe pour le vôtre. On évitera aussi de fréquenter les terrains de jeux habituels, nos animaux ayant toujours tendance à renifler toutes les odeurs, même effets même conséquences.

Alors vous me direz comment accepter tout cela ? Et l’animal dans tout ça ?

Il est certain que vous passerez par toutes les étapes, de l’espoir au découragement, de la certitude de faire les bons choix aux doutes. Il faut absolument avant de commencer tout traitement, de vous fixer des limites. C’est votre animal qui vous guidera et qui sera vous dire stop. L’important est qu’il garde sa joie de vivre, ce qui aidera aussi grandement au succès du traitement.

De votre côté, il vous faudra vous monter patient, faire preuve de calme et ne pas vous décourager. Être auprès d’un petit malade n’est pas simple, tout va bien et demain tout ira mal, faudra gérer et agir. La gestion de la maladie vous demandera beaucoup d’énergie, de réflexion, car au bout d’un moment nous n’allons plus chez le vétérinaire pour un oui et un non, on soigne seul. Encore une fois, si tous vos efforts ont pour résultats que votre animal aille mieux sans trop souffrir, ce n’est que du positif.

J’arrête sur ces mots cet article, car dans mon cas personnel je ne connais pas la fin de cette histoire. Ma chienne à subit pendant plus d’1 ans et demi des séances de chimiothérapie afin de combattre un lymphome de type 3 de haut grade de malignité. Aujourd’hui elle a terminé son traitement. Elle est en rémission mais n’est pas guérie (un lymphome ne se guérit pas). Elle a toujours gardé sa vie de chien, et à part une perte de poids importante qui lui donne une taille mannequin et lui permet de sauter partout, elle a toujours combattu avec courage sa maladie.

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :Facebook AnifamilyTwitter AnifamilyGoogle+ Anifamily

3 réflexion(s) au sujet de “Mon animal a le cancer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *